top of page

Comment les lightboxes sont-elles fabriquées ?

Je fabrique des lightboxes depuis 2017 et si ma technique a légèrement évolué depuis, le principe de base reste le même : superposer des formes découpées en papier, et les éclairer par l'arrière.


Mais comment une lightbox nait-elle et quelles sont les étapes de sa fabrication ? Je vous explique tout dans cet article !





  • Introduction

  • Le dessin

  • La réalisation du calque

  • Le découpage des plans

  • Le montage à blanc

  • Le ponçage et la préparation de la boite

  • Le montage définitif


Introduction

Généralement, les opérations se passent dans l'ordre mentionné ci-dessus, mais il peut arriver que je brouille moi-même les pistes :) C'est une démarche artisanale et minutieuse, parfois rapide et instinctive, parfois semée de doutes et d'embuches. Je l'ai apprise "sur le tas", en cherchant des solutions et en tentant des choses, jusqu'à trouver, il me semble, une style et une technique qui me sont propres.

A la base de chaque lightbox, il y a une idée : inspirée par un film, par une lecture, par une saison, une balade, une photo...souvent cette idée est d'office associée à un petit animal qui deviendra le personnage principal.


Le dessin

L'idée doit ensuite être matérialisée et vient donc logiquement l'étape de l'esquisse. Il peut s'agir d'un crobar sur un post-it, d'un vrai dessin dans un carnet, de trois lignes sur un revers de papier machine imprimé.

Il me faut en général un certain temps pour de l'esquisse naisse quelque chose de cohérent et surtout, d'exploitable. Le dessin doit déja être pensé en terme de clairs et d'obscurs, de temps faibles et de temps forts, de zones fourmillantes et de zones de respiration. La question est toujours : qu'est ce que ce dessin donnerait une fois transformé en lightbox ? Est-il intéressant, lisible ? Voit-on suffisamment les éléments principaux ? L'impression de profondeur est-elle restituée ? Est-ce qu'on comprend simplement de quoi je parle ?

Bref, beaucoup de questions qui mènent souvent un dessin vers la poubelle :) Mais quand il passe cette épreuve, le dessin est tout prêt pour sa transformation magique !


La réalisation du calque

C'est le moment où je détermine dans quel ordre se succéderont les plans. Après les avoir numérotés sur mon dessin à l'échelle, je reproduis mes tracés sur un calque en épurant les formes pour que la découpe soit plus claire.

A ce stade, j'ai déjà décidé quelle sera la taille et la forme de mon contenant : le dessin et le calque doivent être parfaitement adaptés aux proportions de la boite.

Une fois la calque prêt, je détermine quels papiers devront être utilisés, tant au niveau de la couleur que du grammage.


Le découpage des plans

Chacun des plans numérotés de mon calque est ensuite reproduit sur le papier préalablement choisi. Puis vient le moment de la découpe : j'utilise toujours le même outil depuis des années, un simple cutter de précision.

Il arrive qu'au moment du découpage, je change certains tracés ou corrige certaines formes. C'est ce que j'aime dans cette façon de travailler, tout est modifiable et mouvant presque jusqu'à la fin.

Le découpage constitue l'étape de fabrication la plus longue évidemment mais aussi la plus dure physiquement. Elle demande une certaine concentration, des mains pas trop moites, un coude et un poignet en forme et de nombreuses pauses ! Et surtout elle demande d'être détendu ! Je me dis régulièrement à moi-même : détend ta mâchoire !!


Le montage à blanc

Il permet simplement de s'assurer que tout est calé, que tous les éléments sont bien visibles, que suffisamment d'ouvertures cachées ont été ménagées pour que la lumière fasse son chemin vers l'avant. J'utilise une table lumineuse qui donne une idée partielle du rendu des plans une fois superposés.

A ce stade, il est encore temps de corriger ou même refaire des plans ou des détails qui ne fonctionneraient pas.


La préparation du contenant

La boite en bois ou la cloche de verre qui viendra accueillir les plans de papier doit ensuite être préparée : ponçage du bois, percement des trous pour les raccordements électriques, mise en teinte, vernissage ou cirage.

Le bandeau de LED est ensuite installé au fond de la boite. Son positionnement diffère peu d'une box à l'autre. J'ajuste seulement certaines parties lorsque des zones ont besoin de plus de lumière.

La boite est prête ? Il n' y a donc plus qu'à réaliser le montage !


Le montage définitif

Chacun des plans est fixé dans le contenant, en commençant par le plan le plus proche de nous, et en terminant pas le fond. A ce stade, je modifie encore souvent des petites choses, ajoutant notamment des ouvertures en plus, des myriades de petits trous, des animaux cachés !

L'effet de profondeur tient en grande partie à l'espace ménagé entre chacun des plans. Ainsi, après avoir fixé une strate, j'utilise des bandes de carton plume pour créer de la distance entre mes plans.


Vient ensuite mon moment préféré, le premier allumage ! Je découvre alors pour la première fois le rendu définitif de mon montage. C'est vraiment toujours magique, même si parfois, je ne suis plus capable de voir que les défauts. Malgré celà, je crois que toutes mes actions sont tournées vers ce moment ultime : où la lumière est !!





2 vues0 commentaire

Comments


bottom of page